Stratégies pour présenter avec impact !

Ne touchez pas à PowerPoint !
Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Share on Google+0Pin on Pinterest1Email this to someonePrint this page
Récemment, le PDG d’une des grandes entreprises québécoises m’a adressé ces quelques mots: « vous devez être un ange descendu du ciel ». Bien sûr, je mentirais si j’affirmais ne pas avoir été un tantinet flattée. Mais au-delà de ces mots agréables à entendre, j’ai compris: « vous me sauvez la vie ». Pourquoi Prokläm est soudain devenu indispensable à cet homme très influent dans le paysage entrepreneurial québécois? Parce que je lui ai dit d’éteindre son ordinateur et de passer une belle fin de semaine. Tout simplement.

Avant de me parler ce jour-là, il s’apprêtait à passer un week-end de temps splendide, enfermé devant son logiciel PowerPoint, à tenter de compléter un diaporama pour une formation donnée la semaine suivante dans un établissement prestigieux. Et franchement, le résultat n’était pas à la hauteur de ses aspirations. Ce vendredi-là, quelqu’un lui a suggéré de me téléphoner, et j’ai pu lui expliquer pourquoi il est beaucoup plus simple qu’il ne touche pas à ce logiciel.

D’abord, lorsqu’un client me fournit une présentation déjà mise en page, ça n’est pas nécessairement un avantage: je dois refaire toute la mise en page graphique, déprogrammer…et surtout reformuler. En général, TOUT LE MONDE place trop de texte dans les diapositives! Une diapo, ça sert à illustrer et appuyer des propos; pas à endormir l’auditoire avec un texte à lire.

Je lui ai expliqué que la prochaine fois qu’on travaillerait ensemble, nous monterions un « story board ». Il n’aurait au préalable qu’à dresser une liste des points à aborder. Il devrait me décrire le sujet de sa présentation, m’en donner les grandes lignes, et à la rigueur, griffonner quelques traits pour m’expliquer un graphique. C’est tout. Je m’occuperais du reste.

Dans la discussion, nous dégageons ce sur quoi nous devons appuyer, ce que nous devons illustrer, ce que nous devons répéter jusqu’à compréhension de l’auditoire. Nous créons une histoire, et je l’illustre. Nous suscitons la curiosité, marquons les esprits, favorisons la discussion. Nous rendons la présentation vivante et animée.

C’est une personne très occupée. Il sait qu’il peut faire un enregistrement MP3 lorsqu’il prépare ses propos, et me l’envoyer par courriel, puis que j’en dégagerai l’essentiel. Il apprécie aussi le fait que je lui envoie régulièrement l’état de mon travail. Ainsi, on peut s’ajuster et rendre son discours vivant et dynamique.

Son « Powerpoint » est beaucoup plus beau, plus professionnel, et en prime, il sauve énormément de son précieux temps.

Bref, si je n’ai rien d’un ange, vraiment, je sais que je peux réellement l’aider toutes les fois où il doit performer et convaincre. C’est assez agréable, je l’admet.

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Share on Google+0Pin on Pinterest1Email this to someonePrint this page

A propos de l'auteur

JULIE LAPERRIÈRE a réalisé des centaines de présentations visuelles et de contenus inspirants pour des entreprises de secteurs variés et de partout dans le monde. Consultante, conférencière et formatrice agréée, elle a accompagné plusieurs entrepreneurs dans leur préparation pour présenter avec impact et influence. (Programmes FastTrac TechVenture et Startup Fuze, concours DevTech50 et Innobahn). Depuis 2012, Julie est impliquée dans la communauté TED (TEDxQuébec) en tant que coach pour les conférenciers. Julie Laperrière est designer PowerPoint et stratège de contenu inspirant, chez Prokläm.

Votre commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. * Champs obligatoires.