Stratégies pour présenter avec brio !

Un mauvais choix de design peut discréditer votre présentation
Par Julie Laperrière, experte en présentations chez Prokläm
Le 4 juillet dernier, le CERN (Organisation européenne pour la recherche nucléaire) donnait une conférence de presse historique avec l’annonce d’une nouvelle qui changera notre compréhension de l’Univers.

Les projets ATLAS et CMS présentaient les derniers résultats concernant l’observation d’une particule dont les caractéristiques sont compatibles avec celles du boson de Higgs. Il s’agit du chaînon manquant dans la théorie des particules élémentaires.

Des années de recherche théorique et physique, plusieurs milliards de dollars investis, une infrastructure complexe avec le LHC et une armée des plus puissants cerveaux de la planète ont été nécessaires pour dénicher la promesse de cette particule. Et c’est avec une grande émotion que la communauté scientifique a reçu cette nouvelle.

Peter Higgs ému de voir sa théorie, émise il y a plus de 40 ans, confirmée de son vivant.

La présentation

Et voici la présentation qu’a utilisée la physicienne des particules Fabiola Gianotti pour dévoiler les résultats partiels d’une des plus grandes expériences scientifiques de l’histoire de l’humanité.

Pour voir les 52 diapos (bon courage): https://indico.cern.ch/getFile.py/access?contribId=1&resId=1&materialId=slides&confId=197461

En tant qu’individu, je suis plutôt émue par la grandeur de cette découverte. Mais mon œil professionnel a du mal à s’en remettre. 😉

C’est certain: on peut aisément pardonner à Dr Gianotti d’avoir utilisé la police Comic Sans MS (que de pixels excités par ce sujet sur le Web ! *) et de n’avoir respecté aucune des règles élémentaires du bon design de présentation:

  • beaucoup trop de texte sans structure hiérarchique;
  • des graphiques complexes en compétition sur une page;
  • d’affreux cliparts;
  • des couleurs criardes dans une cacophonie graphique (et pour ceux qui l’ignoraient jusqu’ici, caca d’oie est le nom d’une couleur jaune sale et verdâtre).

Cette nouvelle en soi est extraordinaire et on se dira « peu importe le contenant » !

Non, nous ne lui en tiendrons pas rigueur et nous éviterons de nous moquer parce que son intelligence ne se situe pas dans l’organisation graphique et c’est l’humanité entière qui bénéficie de son exceptionnel talent scientifique.

Mais avec un budget global de plusieurs milliards pour ce projet, j’ai encore du mal à croire que le CERN n’ait pas d’équipe de designers à la disposition de ces grands scientifiques pour les aider à réaliser leurs présentations…surtout lorsqu’il s’agit d’une annonce de cette envergure.

À défaut d’avoir un designer de présentations à leur service, Dr Gianotti et Dr Incandela pourraient investir quelques dollars et un peu de leur temps à la lecture de The visual slide revolution, du confrère expert en présentations, Dave Paradi. S’il ne promet de transformer quiconque en designer, ce livre demeure un incontournable lorsqu’il est question de structure de l’information.

En résumé

1- Caca d’oie et Comic Sans MS ne sont pas des choix idéaux pour rendre justice à la Particule de Dieu**.

2- Si une nouvelle aussi incontestablement extraordinaire a pu être éclaboussée par un design graphique inadéquat, imaginons ce qui se produit dans la tête de l’auditoire quand le sujet est plus…modeste, disons.

Image de l’entête: CERN

*Bien que je suive activement l’actualité scientifique, c’est par le tollé autour de l’utilisation de cette police d’écriture dans les médias sociaux que j’ai pris connaissance de cette présentation.

** Particule de Dieu est un terme usurpé, provenant du livre sur le boson de Higgs de Leon Lederman, qu’il aurait voulu intituler The goddamn particle (Fichue particule), en référence à son caractère insaisissable, mais dont l’éditeur a décidé de retirer le « damn » craignant que le titre ne soit considéré comme injurieux.

Votre commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. * Champs obligatoires.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.