Stratégies pour présenter avec brio !

La mort par Powerpoint, vraiment ?

Petite histoire d’une révolution

En 2007, une expression emblématique est née, de l’indignation amusée d’Alexei Kapterev. «Death by PowerPoint and how to fight it» (La mort par PowerPoint et comment la combattre) est un manifeste doublé d’un mode d’emploi diffusé sur SlideShare, proposant d’arrêter le massacre causé par les présentations ennuyantes. Plus de 8 millions de vues à ce jour, et de nombreuses reprises… En 2008, l’humoriste Don McMillan reprenait cette idée et en faisait un numéro hilarant, diffusé partout sur le Web : «Life After Death by PowerPoint» (La vie après la mort par PowerPoint). La même année, Garr Reynolds publiait Presentation Zen et Nancy Duarte nous offrait son célèbre livre Slide:ology. Le monde de la présentation venait de changer : une nouvelle culture émergeait.

L’année 2008 est aussi celle du visionnement de ma première conférence TED. Je suis rapidement devenue «TEDivore» (niveau glouton). Et je me rappelle m’être dit que ça n’était pas un hasard si ces conférences étaient toutes excellentes : il devait bien y avoir une recette !

Sans le savoir, j’entrais moi-même dans cette nouvelle culture de la présentation d’impact, et j’ignorais que ça transformerait ma vie au point de devenir mon activité principale, ma passion!

La quête

À l’époque, j’occupais un poste en marketing dans un grand cabinet financier, et une de mes tâches était de créer des présentations visuelles pour les membres de l’équipe. J’adorais ça. Portée par ma quête pour trouver la recette des conférences TED et soutenue par cette culture émergeante, ma façon de concevoir des présentations a radicalement changé. Au point où mon travail s’est démarqué…

En 2009, j’ai fondé Prokläm, persuadée que les communications, la formation, les ventes et le marketing en entreprise souffraient réellement de cette mort lente, attribuée aux présentations moches.

L’ennemi n’est pas encore vaincu…

En 2016, force est de constater que les présentations menaçantes sont encore légion ! Mais il y a de l’espoir : je vois l’intérêt grandir, les pratiques en entreprise évoluer et les auditoires devenir plus exigeants…étant exposés à de meilleures présentations!

Et plus que jamais, je me sens investie de cette mission de créer des présentations qui ont de l’impact. Je me sens le devoir de propager cette culture. Et ça commence par cette question :

Quel est le premier indice qui devrait vous alarmer quant à vos présentations visuelles?

– Le texte. Trop de texte sur vos diapos fera de vous un présentateur inutile et rendra votre message confus.

bon-outil
Adapté de Slide:ology, par Nancy Duarte (O’Reilly), page 7.

Dans son livre Slide:ology, Nancy Duarte suggère qu’une diapo contenant plus de 75 mots devrait plutôt être considérée comme un document à imprimer et ne devrait pas être projetée à l’écran. Ce type de diapositive entre en compétition avec le présentateur, et généralement, c’est la diapo qui gagne l’attention de l’auditoire. Impact du présentateur: zéro. Potentiel de confusion: élevé.

Vous vous félicitez peut-être d’être passé à l’ère des listes à puces, bien rangées, bien condensées! Six puces, six mots par puce, pas plus!  Eh bien cet adage bien connu date d’avant la Révolution de 2007; c’est dépassé. Les connaissances en neurosciences démontrent clairement que cette méthode n’ajoute pas d’impact à votre message. Tout au plus, ce type de diapo vous sert de béquille, comme un télésouffleur, et n’est d’aucune utilité pour l’auditoire.

Pour devenir engageantes et donner de la valeur à votre message, l’antidote ultime contre la mort par PowerPoint, c’est la diapo imagée; celle qui représente un concept, en une seule idée et qui se décode en moins de 3 secondes.

Ce type de diapo permet à l’auditoire de rester accroché à vos propos, sans être tenté de lire le texte à l’écran. La bonne diapo procure une couche d’informations qu’il serait impossible de transmettre verbalement, de façon rapide et efficace. Une image vaut mille mots…

Utilisez-vous le bon outil, pour avoir de l’impact dans vos présentations ?

Créer des diapos qui complètent et approfondissent votre message, qui aident l’auditoire à demeurer attentif et à se souvenir de votre message pour passer à l’action, ça demande du temps, de l’expérience et des connaissances spécifiques. Prokläm offre de la formation et un service de conception de diapos. Communiquez avec nous !

Crédit image: Flickr.com/MAFF LONG CC-BY

A propos de l'auteur

JULIE LAPERRIÈRE a réalisé des centaines de présentations visuelles et de contenus inspirants pour des entreprises de secteurs variés et de partout dans le monde. Consultante, conférencière et formatrice agréée, elle a accompagné plusieurs entrepreneurs dans leur préparation pour présenter avec impact et influence. (Programmes FastTrac TechVenture et Startup Fuze, concours DevTech50 et Innobahn). Depuis 2012, Julie est impliquée dans la communauté TED (TEDxQuébec) en tant que coach pour les conférenciers. Julie Laperrière est designer PowerPoint et stratège de contenu inspirant, chez Prokläm.

Une réponse à La mort par Powerpoint, vraiment ?

Votre commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. * Champs obligatoires.